Mes derniers avis


mercredi 27 avril 2011

Les secrets de Wisteria



Quatrième de couverture :

La nuit dernière, j'ai revu la maison. Je n'y suis pourtant jamais allée. Dans mon rêve, je pouse la porte et j'entre. Toujours. La nuit dernière, elle était fermée à clé. Quelqu'un voulait m'empêcher d'y accéder.

Aujourd'hui, je descends lentement de la voiture, les yeux rivés sur la maison. C'est celle de mon rêve. Pour la seconde fois en vingt-quatre heures, je monte les marches. Cette fois, la porte s'ouvre en grand.


Mon avis :

J'ai choisi ce livre par hasard dans ma pal, j'en attendais rien de spécial, et finalement, ça a été une très bonne surprise !

J'ai préféré mettre la quatrième de couverture du livre, car je trouve qu'elle en révèle un peu moins que celle que j'ai pu lire sur livraddict, et elle nous donne envie d'en savoir plus.


Megan Tilby est invitée à passer 2 semaines en vacances chez sa grand-mère, une femme qu'elle ne connaît pas du tout. Il faut dire que Megan a été adoptée, pour sa grand-mère, elle ne fait donc pas partie de la famille. Cela ne réjoui pas vraiment Megan, mais pour faire plaisir à sa mère elle accepte.

Elle sera bien mal accueillie à Wisteria, dans la maison de Scarborough. Sa grand-mère n'a vraiment pas l'air ravie d'avoir une nouvelle invitée. Et son cousin, Alex, non plus.

Une sombre histoire semble se cacher dans cette maison, et cette famille. Pourquoi Megan a-t-elle été invitée à Wisteria alors qu'elle semble de trop ? Et puis, comment se fait-il qu'elle ait l'impression de connaître cet endroit alors qu'elle n'y est jamais allé ? Les plus anciens secrets de cette famille seront mis à jour, et Megan devra mener une longue enquête pour découvrir la sombre vérité.


Ce que j'ai aimé

Tout d'abord le livre, avec cette énorme clé, et sa couverture rouge et noir, je le trouve plutôt sympathique. Ensuite, dès les premières pages, je me suis laissée emportée dans l'histoire et ma curiosité à largement prit le dessus, impossible de ne pas en savoir plus sur les secrets de Wisteria. Les personnages sont agréables à suivre. J'ai vraiment totalement adoré la répartie de Megan. Il faut dire que sa grand-mère est vraiment insupportable, j'avais envie de la gifler par moment :P Et il n'y a rien de pire qu'un personnage principale qui se laisse totalement faire, on a envie de rentrer dans le livre et de répondre à sa place. Mais avec Megan, c'était très drôle, elle répondait exactement ce qu'il fallait, prenant les choses avec humour, et arrivait à les faire taire comme il se doit ! Alex, son cousin, est quelqu'un qu'on a envie d'aimer, même s'il se révèle être tout autant détestable, on a envie d'en apprendre plus sur lui et sur sa vie à la maison de Scarborough avec la grand-mère.

C'est un livre qui se lit rapidement, il ne fait que 230 pages environ et les chapitres sont assez courts, du coup on avance très vite parce qu'on a toujours envie de connaître la suite et d'avancer dans l'histoire avec Megan :-) J'ai été plus accrochée par ce livre-ci que par Le baiser de l'ange que j'avais lu également d'Elizabeth Chandler.


Ce que j'ai moins aimé

Je dois dire que j'ai tout de même eu une légère déception au niveau de l'histoire. Derrière le livre, on peut lire des trucs comme : Le cauchemar commence. Du coup, je m'attendais à un peu plus de mystère encore, et à un peu plus de frissons dans ma lecture. Mais tant pi, ça ne m'a pas plus dérangée que ça au final.


En tout cas j'ai hâte de lire le tome 2 qui sortira en octobre.




Les secrets de Wisteria Tome 1
Elizabeth Chandler
Editions Hachette (Black Moon)
Publié en 2011
238 pages

Note

mardi 26 avril 2011

Le protectorat de l'ombrelle, Tome 1 : Sans âme



Quatrième de couverture :

Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales. Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire et fille d’un père italien, mort. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui, défiant la plus élémentaire des politesses, ne lui avait pas été présenté. Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau et compliqué, Écossais et loup-garou à ses heures – est envoyé par la reine Victoria pour enquêter sur l’affaire. Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Découvrira-t-elle ce qui se trame réellement dans la bonne société londonienne ? Qui sont vraiment ses ennemis, et aiment-ils la tarte à la mélasse ?


Mon avis :

Pourquoi est-ce que j'ai bien pu faire attendre ce livre dans ma pal aussi longtemps ?! Ce livre est un petit bijou, que je vous conseille sans plus attendre si ce n'est pas déjà le cas.

Mlle Tarabotti, une vieille fille à l'époque de la reine Victoria, est une paranaturelle, elle ne possède pas d'âme. Un soir, accompagnée de son ombrelle qu'elle ne quitte plus, elle tue un vampire par accident. Celui-ci ne semblait pas être assigné à une ruche (de vampire, avec une reine, etc...). L'enquête commence donc avec l'arrivée de Lord Maccon, un loup-garou alpha, accompagné de son bêta. Mais Alexia Tarabotti ne se laissera pas mettre en dehors de l'enquête, car elle aussi, a envie de découvrir ce qu'il se cache derrière cette l'histoire. Et puis, il faut dire que cela lui permet également de rester en contact avec Lord Maccon, car le plus grand plaisir qu'ils ont est de se disputer avec des joutes verbales mémorables.


Ce que j'ai aimé

Alexia est vraiment un personnage géniale. C'est une vieille fille de 25 ans, un peu mise de côté par sa famille qui préfère se concentrer sur les soeurs d'Alexia qui sont plus jolies (d'après eux) et vont chercher à se marier. Sans compter le fait qu'Alexia est sans âme et personne dans sa famille n'est au courant. Je l'ai vraiment trouvé attachante avec son ombrelle, et surtout sa répartie lorsqu'elle tient tête à Lord Maccon. En parlant de lui, je dois dire que ce petit loup-garou est vraiment craquant à souhait ! J'ai vraiment beaucoup aimé les conversations que ces deux personnes entretiennent entre elles. On s'aperçoit qu'il y a un lien entre eux d'eux, même si ils ont l'air de se détester, car les deux se comprennent et se sentent moins seuls avec leurs petits secrets. Donc certes, l'histoire de l'enquête autour des vampires est très sympa, mais pour moi le plus grand plaisir dans ce livre a été la relation entre Alexia et le comte Maccon, un grand moment de plaisir.

Ce livre ne pouvait que me plaire, puisqu'il réunit deux choses que j'adore, tout d'abord les histoires qui se passent dans ces années-la, j'adore ! Et puis, si on y ajoute des vampires, des loups-garous et d'autres êtres paranaturels, je ne peux rien demander de plus ;-)

Pour un premier livre, je trouve que Gail Carriger a vraiment fait un excellent travail, c'est vraiment très bien écrit et elle arrive à nous captiver avec une histoire et des personnages très chouettes. Et puis, il y a même du nouveau dans toutes ces histoires de vampires et de loup-garou avec la sans âme, mais aussi avec les porte-clés des loups-garous, et les drones des vampires pour pouvoir se transformer... enfin, toute une histoire expliquée dans le livre.

Vous l'aurez compris, si vous voulez passer un super moment de lecture entre humour, mystère et action, saupoudré d'une petite dose d'amour, n'hésitez pas, c'est ce livre qu'il vous faut :-)


Ce que j'ai moins aimé

Rien à redire



Le protectorat de l'ombrelle Tome 1
Sans Âme
Gail Carriger
Editions Orbit
Publié en 2010
313 pages

Note

Elixir





Quatrième de couverture :

Alors qu’il enquêtait sur un mystérieux élixir, le père de Clea disparaît soudainement. Anéantie, la jeune fille se réfugie dans une passion qui l’anime depuis toujours : la photographie.


Quand elle rentre du carnaval de Rio avec son meilleur ami, elle fait une inquiétante découverte : les photos qu’elle prend depuis son plus jeune âge laissent apparaître la silhouette d’un étrange inconnu.

Le jour où le destin l’amène à croiser le chemin de ce jeune homme, elle est troublée par la puissante attirance qu’elle ressent pour lui. Ensemble, ils décident de lever le voile sur la disparition du père de Clea, tentant de percer le secret, vieux de plusieurs siècles, de leurs liens si intenses…

Pris au piège dans un dangereux triangle amoureux, ils sont condamnés à parcourir le temps pour démêler les zones obscures de leur passé, sauver leurs vies présentes… et futures.


Mon avis :

Quelques avis plutôt positifs m'ont convaincue de me laisser tenter par ce premier livre d'Hilary Duff. J'étais un peu sceptique au départ, mais bon, comme quoi il ne faut pas avoir de préjugés sans connaître, car je dois dire que c'était une lecture sympa.


Ce que j'ai aimé

Certes l'histoire n'a rien de spécial, mais je me suis laissée embarquée dans le livre avec plaisir. J'ai bien aimé les personnages, Clea, la jeune fille dont le père est mort, est plutôt banale, mais elle a un certain charme et elle m'a plu. Et surtout, elle arrive à rester banale malgré le fait que sa famille soit très riche et que les photographes lui courent un peu après pour écrire des articles dans les journaux à scandales. Il y a aussi Ben, l'homme que les parents de Clea ont engagé pour la protéger de toute cette popularité. Mais le personnage que j'ai le plus apprécié c'est celui de l'homme que Clea voit sur ses photos, Sage. Il est mystérieux, et j'avais très envie de savoir ce qu'il nous cachait, en plus il semble très séduisant d'après ce qu'on nous dit.

Ce qui est un peu perturbant dans ce livre c'est que l'on ne sait pas à qui on peut faire confiance, qui est gentil, qui est méchant, mais j'adore ça, au moins ça fait un peu de suspense. J'ai trouvé également que ça se lisait rapidement, d'autant plus que les fins de chapitres donnent envie de lire la suite, alors on se retrouve en train de lire encore un chapitre, puis un dernier, et encore un;-)


Ce que j'ai moins aimé

Pas grand chose, au final, j'ai passé un moment agréable, c'est très léger et même si ça reste une histoire comme on en voit assez souvent, j'ai pris plaisir à découvrir l'homme qui se cache sur les photos de Clea, et à suivre l'histoire des personnages entre eux.




Elixir
Hilary Duff
Editions Michel Lafon
Publié en 2011
325 pages

Note

Deux cierges pour le diable





Quatrième de couverture :


"Si tu allumes un cierge pour Dieu, allumes-en deux pour le diable" - Proverbe Bulgare -



De nous jours, plus personne ne croit aux anges, même s'il y a des gens qui croient aux démons.
Pourtant les anges existent vraiment. Ils ont toujours existé.
Comment je le sais ?
Parce que mon père en était un.
Avant d'être assassiné.
Je n'ai désormais plus qu'une idée en tête : trouver le démon qui a fait ça et le tuer de mes propres mains.



Mon avis :

Je n'étais pas vraiment attirée par ce livre au départ, même si j'avais pu lire quelques avis positifs, je n'étais pas vraiment convaincue. Mais une lecture commune sur Livraddict et le fait qu'il fasse partie du Baby-Challenge Bit-lit m'a convaincu de le lire.

Et je dois dire que je suis plutôt contente de l'avoir lu, car j'ai pu me faire mon propre avis, mais j'avoue que je n'ai pas été vraiment emballée.

Tout d'abord avec le personnage principal qui nous raconte l'histoire (Cat), ça n'a pas marché. Je ne l'ai pas aimée, et je n'ai pas aimé non plus la façon dont elle nous raconte l'histoire, en s'adressant directement au lecteur, j'ai trouvé ça un peu "chiant" et enfantin. Au début je me suis vraiment ennuyée, j'avais l'impression de devoir lire des pages et des pages pour que l'histoire n'avance de presque rien, et je me sentais noyée dans les longues réflexions et détails.

Heureusement, la deuxième partie du livre à un peu rattrapé le tout, je me suis sentie un peu plus dans l'histoire, j'ai trouvé ça plus intéressant et finalement, j'ai pu terminer ce livre avec plus de plaisir qu'au départ.

Au final, j'ai tout de même passé un moment de lecture sympa, car c'est un livre assez vite lu, pas trop compliqué, avec un sujet que j'apprécie de manière générale.


Merci My d'avoir organisé cette lecture commune, c'était très chouette ! :-) Et encore désolée pour le retard :s

Pour lire les avis des autres lecteurs --> Mycoton32, SophieLJ, Eden1487, Mariiine, Tigrouloup, Frankie, Manie, Karline, Lalou, Cathy, Deliregirl, Flof13, Isa1977, Kassandra, Setsuka, Lebbmony, Korto


C'était mon 19ème livre lu dans le cadre du Baby-Challenge Bit-lit :-)




Deux cierges pour le diable
Laura Gallego Garcia
Editions Baam!
Publié en 2009
438 pages

Note

lundi 25 avril 2011

C'est lundi, que lisez-vous ? N°19



Très bon lundi à tous, j'espère que vous avez bien profité du week-end de Pâques et que vous passerez une bonne semaine lecture :-)



De mon côté, qu'est-ce que j'ai lu durant la semaine ? je dois dire que j'ai vraiment profité de mes vacances pour tenter de faire baisser ma pal, et c'est plutôt réussi :-)













Qu'est-ce que je suis en train de lire ?



Qu'est-ce que je vais lire durant la semaine ? pour le moment je n'en ai aucune idée je me laisserai guider par ma pal :P

vendredi 22 avril 2011

Une aventure de Sabina Kane, Tome 1 : Métisse




Quatrième de couverture :

Ne pas oublier : 1. d’infiltrer le clan rival et d’assassiner leur chef, 2. de se débarrasser du démon qui s’est incrusté à la maison, 3. de laisser tomber ce vaurien de mage, même s’il est canon, 4. de trahir ma famille.

Sabina est une sang-mêlé, une métisse. Moitié-vampire moitié-mage, elle exerce le seul métier possible pour une paria dans son monde : assassin. Mais la guerre couve entre les vampires et les mages ; Sabina est envoyée pour infiltrer un des deux clans et assassiner son chef. Complots sanglants, secrets de famille et pouvoirs inattendus… n’importe laquelle de ces choses toute seule serait déjà difficile à gérer. Toutes ensemble, elles pourraient bien être fatales à Sabina !



Mon avis :

Je reviens très vite à un nouveau livre de bit-lit, que je conseille tout particulièrement et sans attendre ! Comme ça fait du bien de se lancer dans une nouvelle lecture, d'être à 100% prise dans l'histoire et de ne plus pouvoir en décoller les yeux du livre :-)


Nouvelle héroïne, c'est Sabina Kane, une métisse comme le titre l'indique. Ce qui veut dire qu'elle est a moitié vampire, et à moitié mage, ce qui n'est pas facile car ces deux clans sont en guerre. Enfin, elle se sent plutôt vampire car elle n'a jamais utilisé la magie et elle a du quitter sa famille mage pour être recueillie par les vampires étant bébé, elle n'a noué aucun lien avec ce 2ème côté d'elle-même. Et attention, ce n'est pas une vampire dans le genre je ne bois pas de sang, je ne fais de mal à personne, je suis une sainte... Loin de là, car même si elle ne tue pas vraiment d'innocents, elle a tout de même eu le courage de tuer son meilleur ami, car il fraternisait avec l'ennemi (les mages).

Pour oublier le fait que c'est une métise, Sabina travaille pour sa grand-mère cheffe des vampires, en assassinant les gens qui se mettent sur leur chemin. Mais un soir, elle rencontrera Adam Lazarus, un mage qui va lui sauver la vie. A partir de là tout va changer dans la vie de Sabina car Adam lui apprend qu'il est envoyé par sa famille mage pour la retrouver et la ramener. Il aura fort à faire pour convaincre Sabina, lui faire ouvrir les yeux sur les vampires, et lui faire découvrir sa nature de mage. Sans compter le fait que celle-ci va devoir faire croire à un clan ennemi qu'elle veut les rejoindre, pour ainsi tuer leur chef...



Ce que j'ai aimé

Pfiou, je pourrai juste dire que j'ai tout aimé dans ce livre ! Tout d'abord les personnages de ce livre sont vraiment tous géniaux. Pour n'en citer que trois, il y a Sabina, c'est une héroïne comme il me plaît de croiser dans les livres que je lis. C'est une vraie vampire qui n'a pas peur du sang, ni de se battre même si elle devait y laisser sa vie et qui a du répondant comme j'aime (même si parfois elle est un peu trop têtue). Avec un caractère très fort, mais en même temps fragile lorsqu'elle découvre certaines choses sur son enfance qu'on lui avait caché, c'est un personnage que j'ai beaucoup aimé. On retrouve aussi un démon nommé Giguhl, que Sabina sera obligée de garder avec elle tout d'abord, mais qui se révélera très vite un gentil et serviable allié. Je l'ai trouvé très sympa, ajoutant une petite dose d'humour dans la lecture. Et puis, je suis dans l'obligation de citer Adam, le beau et mystérieux mage qui va aider Sabina à ouvrir les yeux et à découvrir un peu plus en détail sa deuxième nature, celle de mage. Je dois bien avouer que je suis tombée sous son charme, moi aussi (il a d'un seul coup rejoint ma liste de MP *sifflote ;-) )

Aussitôt commencé, aussitôt terminé, malheureusement l'ennui lorsque l'on ne peut plus s'arrêter de lire un livre, c'est qu'il se fini beaucoup trop vite. Surtout que je vais devoir attendre encore un petit moment avant de pouvoir lire le tome 2.

En tout cas, j'espère vous avoir convaincu d'ajouter ce premier tome à votre wish-list, à votre pal, et de le lire, j'ai vraiment passé un excellent moment et je pense qu'il devrait plaire à pas mal de personnes. En plus, si on en croit les avis sur la bibliomania de Livraddict, je ne suis de loin pas la seule à avoir apprécié.


Ce que j'ai moins aimé

La question ne se pose même pas, j'ai tout aimé ;-)




Une aventure de Sabina Kane Tome 1
Métisse
Jaye Wells
Editions Orbit
Publié en 2011
300 pages

Note

Rivage Mortel




Quatrième de couverture :


La vie de Gabry est calme et sereine dans son petit village au bord de la mer. Mais de l'autre côté de la Barrière, le danger est là. Les Mudos reviennent de la mort, en quête de chair humaine. Pourtant un soir, la tentation est trop forte, Gabry et ses amis franchissent la Barrière...

Catcher, l'homme qu'elle aime, a-t-il été infecté ? Et d'où vient Elias, l'étranger ? Gabry peut-elle croire en l'avenir ? Pas avant d'avoir affronté le passé de sa mère, Mary, dans la forêt...


Mon avis :

C'est avec impatience que j'attendais la suite de La forêt des damnés, que j'avais beaucoup aimé. Au final, oui j'ai aimé, mais moins que le premier tome tout de même.

Bien des années ont passées depuis l'histoire de Mary, on se retrouve ici avec sa fille, Gabry. Ensemble elles vivent à Vista, un petit village protégés des damnés et de la forêt.

Mais un soir, les amis de Gabry qui ne se rendent peut-être pas tout à fait compte du danger, ou alors parce que dans l'adolescence, on essaye toujours de braver les interdits, les jeunes adolescents décident de traverser la Barrière de protection pour aller au vieux parc d'attraction que les habitants ont décidé de laisser en marche, afin leur rappeler leur vie d'avant. Gabry ne veut pas y aller, elle a peur des Damnés, et n'ose pas traverser la Barrière. Catcher, le garçon qu'elle connaît depuis toujours et pour qui elle ressent bien plus que de l'amitié, arrive à la convaincre de venir avec eux au parc d'attraction.

Mais rien ne se passe comme prévu, ce soir là toute l'équipe se fait attaquer par une Mudos, une damnée mais version améliorée, qui court plus vite, qui ne cherche pas à se nourrir mais juste à infecter le plus de monde possible. Certains amis de Gabry se font attaquer et se transforment à leur tour, et le garçon quelle aime se fait mordre également, c'est la panique. Gabry s'enfuira pour rentrer au village, mais d'avoir du laisser ses amis et Catcher seuls là bas lui brise le coeur. Le lendemain, c'est le jugement, pour savoir quel sera la punition des survivants qui n'ont pas obéis aux ordres. Mais aucune trace de Catcher. Gabry se demande alors s'il s'est transformé en damnés, ou s'il a pu se cacher quelque part. Gabry apprendra également à connaître l'histoire de sa mère, alors qu'elle avait environ le même âge qu'elle, comment elle a survécu aux Damnés pour se retrouver à Vista, etc...


Ce que j'ai aimé

L'histoire commence vraiment super bien, Gabry nous explique l'histoire du parc d'attraction et du village et on se retrouve plongé dans l'action dès les premières pages avec la virée des adolescents au parc. De quoi nous tenir en haleine. Surtout que l'histoire d'amour qui commence entre Catcher et Gabry m'a touchée dès le départ et je me faisais vraiment du soucis pour ce garçon, j'ai trouvé ça vraiment cruel qu'il se fasse mordre dès le départ, à peine leur histoire commencée... Mais j'ai pu faire confiance à Carrie Ryan et à son talent pour nous raconter une histoire bouleversante, pleine d'action et de rebondissements du début à la fin. Et puis il y a d'autres personnages qui m'ont plu comme Elias, qui est intriguant et en même temps énervant à courir après Gabry, comme si on pouvait déjà oublier Catcher, non mais ! Et puis j'ai également apprécié retourner sur les traces du tome 1 avec la vie de Mary.


Ce que j'ai moins aimé

Comme je l'ai dit, j'ai préféré La forêt des damnés. C'est sans doute parce que le personnage de Mary m'avait davantage plus que celui de Gabry, et que c'est tout de même un peu la même chose en ce qui concerne le personnage principale, qui tombe amoureux au milieu de tous ces damnés autours d'eux, etc...



Rivage Mortel
Carrie Ryan
Editions Gallimard (Jeunesse)
Publié en 2011
520 pages

Note

Le temps des miracles




Quatrième de couverture :

Lorsque les douaniers m'ont trouvé, tapi au fond d'un camion à la frontière française, j'avais douze ans et j'étais seul. Je n'arrêtais pas de répéter " jemapèlblèzfortunéjesuicitoyendelarépubliquedefrancecélapurvérité ". Je ne savais pas que mon passeport était trafiqué, et en dehors de ces quelques mots, je ne parlais que le russe. Je ne pouvais pas expliquer comment j'étais venu du Caucase jusqu'ici, dans le pays des droits de l'homme et de Charles Baudelaire. Surtout, j'avais perdu Gloria. Gloria Bohème, qui s'était occupée de moi depuis que ma mère avait disparu. Avec elle, j'avais vécu libre, malgré la guerre, malgré les frontières, malgré la misère et la peur. Elle me manquait terriblement, mais j'ai toujours gardé l'espoir de retrouver cette femme au cœur immense, qui avait le don d'enchanter ma vie. Une histoire d'exil bouleversante sur la vérité, le mensonge et la quête du bonheur.


Mon avis :

Une bonne note sur bibliomania, une quatrième de couverture sympa, et hop, un nouveau livre dans ma pal !

Blaise est un petit garçon français recueilli depuis tout bébé par Gloria, une femme russe, lorsqu'elle a vu un accident de train devant ses yeux, elle n'a pas hésité à accepter de garder l'enfant d'une dame gravement blessée dans l'accident, pour le protéger. Blaise est donc devenu russe, il s'appelle Koumaïl. Ensemble avec sa maman, ils vivent dans un vieil immeuble à moitié détruit, pourri, pour se cacher car se sont tous des réfugiés qui n'ont pas le droit de vivre là. Un jour, l'alarme de l'immeuble sonne, sans réfléchir, tous doivent prendre leurs quelques affaires et partir très rapidement ! Koumaïl et Gloria se mettent en quête d'un nouveau refuge, qu'ils vont trouver, ainsi qu'un travail épuisant pour un maigre salaire. C'est alors que Gloria décide d'emmener Koumaïl en France, de quitter ce pays pour aller se réfugier là-bas. D'autant plus que Koumaïl a son passeport français.

Koumaïl en apprendra beaucoup sur son passé, il découvrira que Gloria ne lui a pas dit tout ce qu'elle savait, et il fera la rencontre de sa vraie mère...


Ce que j'ai aimé

C'est une petite histoire plaisante que j'ai eu l'occasion de lire. J'ai appris à aimer Koumaïl et je dois dire que le secret sur sa véritable famille, sur son origine, m'a tout de suite donné envie d'en savoir plus. J'ai aussi été beaucoup touchée par Gloria, cette femme qui élève seule cet enfant, très forte, qui s'est toujours donnée à 100%, comme lorsque plus jeune, elle travailler dans la ferme familiale effectuant les même travaux épuisants et durs que faisaient ses frères. On se prend d'affection pour ces eux personnages et la tristesse de leur vie nous touche. Ainsi que l'amour qu'ils ressentent l'un pour l'autre, comme une mère et un enfant.

J'ai beaucoup aimé également la fin, car elle est pleine de surprises.


Ce que j'ai moins aimé

J'ai passé un agréable moment, mais voilà, je pense que je n'ai pas réussi à apprécier ce livre autant que prévu et autant que certaines personnes qui ont vraiment été bouleversées par cette lecture. je dois avouer que j'ai même été contente de refermer ce livre et de passer à autre chose.... Ma foi ;-)





Le temps des miracles
Anne-Laure Bondoux
Editions Bayard
Publié en 2009
254 pages

Note