Mes derniers avis


lundi 26 septembre 2016

La Sirène

Auteur : Kiera Cass
Editions : Robert Laffont (Collection R)
Genre : Fantastique, Jeunesse/YA
Sortie : 2016
Pages : 342








Mon avis en bref :
Une lecture en demi-teinte, car j'ai apprécié l'univers des sirènes que je ne connaissais que très peu, mais l'histoire et les personnages ne m'ont pas vraiment attirée.






Quatrième de couverture

Kahlen est une Sirène, vouée à servir son maître l'Océan en poussant les humains à la noyade. Pour cela, elle possède une voix fatale à qui a le malheur de l'entendre. Akinli, lui, est un beau et gentil jeune homme qui incarne tout ce dont Karlen a toujours rêvé. Tomber amoureux a beau leur faire courir un grave danger à tous les deux, Karlen ne parvient pas à garder ses distances. Est-elle prête à tout risque pour écouter son coeur ?




Mon avis

Comme beaucoup j'avais adoré "La Sélection" de Kiera Cass, il me tardait donc de retrouver l'auteur dans un autre univers que je n'avais encore jamais vraiment lu, celui des sirènes.

Ici, on va suivre Kahlen, qui va devenir une sirène après que le bateau sur lequel elle était avec sa famille va s'échouer, et elle fera le choix d'être une sirène à la place de la mort. Elle devra donc vivre durant 100 ans au service de l'océan, en provoquant à son tour des naufrages de bateaux pour ainsi nourrir l'océan des morts.

Kahlen a déjà fait 80 ans en tant que sirène quand sa route croise celle d'un jeune garçon pour qui elle aura beaucoup de sentiments, mais comment vivre une histoire d'amour quand on est une sirène dont la voix provoque la mort...

Dès le début, j'ai apprécié l'univers des sirènes, du monde de l'océan, et toute la petite mythologie que l'auteur nous présente dans ce roman. J'ai aussi apprécié les personnages secondaires, c'est à dire les soeurs de Kahlen, qui lui seront d'une grande aide tout au long du roman et qui ont toutes un caractères bien différent et une façon différente aussi d'accepter leur sort d'être des sirènes durant 100 ans et de ne pas vraiment pouvoir se mélanger au monde des humains avec plus ou moins de facilité.

Malheureusement, j'ai eu un problème avec le personnage de Kahlen, que j'ai eu beaucoup de peine a apprécier. Je n'ai pas été vraiment touchée par son sort, au contraire, je trouvais ses réactions plutôt énervantes, elle s'apitoie beaucoup sur son sort, elle est un peu passive, limite dépressive pour tout et pour rien, et tout ça a fait que j'ai eu de la peine à apprécier la suivre dans son histoire malgré l'univers.

L'histoire d'amour entre elle et Akinli ne m'a pas vraiment fait pousser des ailes non plus, j'ai trouvé que tout se passait trop vite et je n'arrivais pas à y croire vraiment et à ressentir des émotions dans ce qu'ils vivaient, ou ne pouvaient pas vivre justement.

C'est un livre qui se lit très vite malgré tout, cela grâce à l'écriture de l'auteur toujours aussi fluide et agréable à lire, mais je ne garderai vraiment pas un souvenir impérissable de cette histoire malheureusement, même si je compte lire d'autres livres au sujet des sirènes qui est un thème que j'ai beaucoup apprécié.


D'autres avis sur

mardi 20 septembre 2016

Le livre des Baltimore

Auteur : Joël Dicker
Editions : Editions de Fallois
Genre : Contemporaine
Sortie : 2015
Pages : 476







Mon avis en bref :
J'ai adoré retrouver l'écriture de Joël Dicker qui nous raconte les différentes histoires de familles des Goldman, leurs secrets, leurs différences...






Quatrième de couverture

Jusqu'au jour du Drame, il y avait deux familles Goldman. Les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair. Les Goldman-de-Montclair, dont est issu Marcus Goldman, l'auteur de La Vérité sur l'Affaire Harry Québert, sont une famille de la classe moyenne, habitant une petite maison à Montclair, dans le New Jersey. Les Goldman-de-Baltimore sont une famille prospère à qui tout sourit, vivant dans une luxueuse maison d'une banlieue riche de Baltimore, à qui Marcus vouait une admiration sans borne. Huit ans après le Drame, c'est l'histoire de sa famille que Marcus Goldman décide cette fois de raconter, lorsqu'en février 2012, il quitte l'hiver New-Yorkais pour la chaleur tropicale de Boca Raton, en Floride, où il vient s'atteler à son prochain roman. Au gré des souvenirs de sa jeunesse, Marcus revient sur la vie et le destin des Goldman-de-Baltimore et la fascination qu'il éprouva jadis pour cette famille de l'Amérique huppée, entre les vacances à Miami, la maison de vacances dans les Hamptons et les frasques dans les écoles privées. Mais les années passent et le vernis des Baltimore s'effrite à mesure que le Drame se profile. Jusqu'au jour où tout bascule. Et cette question qui hante Marcus depuis : qu'est-il vraiment arrivé aux Goldman-de-Baltimore ?



Mon avis

Après avoir adoré "La vérité sur l'affaire Harry Québert", il me tardait vraiment de me plonger dans cette suite et de retrouver l'écriture de Joël Dicker.

J'ai passé un très bon moment avec cette histoire, un peu différente du 1er, mais il m'a tout de même  manqué quelque chose pour être autant intéressée par l'histoire que je l'avais été durant ma lecture de Harry Québert.

Ici, nous retrouvons Marcus Goldman l'auteur, et cette fois-ci, nous nous penchons un peu plus sur sa propre histoire, puisque nous suivons les péripéties de sa vie depuis qu'il était petit et qu'il partait tous les étés avec ses parents en vacances chez les Goldman-de-Baltimore, qui vivent avec bien plus de moyens que la pauvre petite famille de Marcus.

Même si au début, je me demandais où l'auteur voulait en venir en nous racontant ce qu'il se passait chez les Goldman-de-Baltimore, petit à petit je me suis surprise à vraiment adorer ce qui nous était raconté. J'ai adoré découvrir les différents personnages que l'on suit, les deux fils des Goldman-de-Baltimore, dont un a été adopté plus tard, leur vie qui paraît si simple, qui a des allures de rêve dans leur maison de vacances. Ils ont les moyens, et Marcus a de la peine avec ça, car il regrette d'être né dans "la mauvaise famille", lui qui, à la fin des vacances, retourne à sa petite vie bien plus pauvre en attendant l'été prochain.

Nous suivons donc ces 3 garçons de leur enfance, avec leurs premiers amours, jusqu'à l'âge plus adulte, ainsi que leur cousine, dont ils vont tous les trois tomber sous le charme et qui causera certains problème dans le groupe.

Et puis, il y a aussi certains passages de la vie de Marcus aujourd'hui, lorsqu'il écrit ce roman sur sa vie justement, et des éléments et des personnages du passé vont ressurgir et chambouler l'existence qu'il mène.

Alors si j'ai adoré suivre l'histoire des Goldman-de-Baltimore, ainsi que de Marcus durant ses vacances, j'avoue que j'ai tout de même refermé ce livre avec une petite pointe de déception car il m'a manqué quelque chose que j'attendais tout au long du livre et qui n'est finalement pas arrivé. En lisant le résumé, je m'attendais vraiment à une histoire surprenante, à quelque chose dont on ne se doute pas et qui va chambouler toute la vie des Goldman, et je n'ai pas retrouvé cet élément que j'attendais, ce qui fait que j'ai trouvé l'histoire par moment un peu plate et monotone, je n'arrivais pas à trouver un sens à tout ça.

Peut-être que c'est ma faute parce que je m'attendais un peu trop à une histoire avec des rebondissements comme pour Harry Québert, même si ce n'est pas le même genre, mais il faut dire que le résumé du livre nous donne quand même l'impression qu'il y aura quelque chose de presque incroyable, alors qu'en fait, pour moi ça n'a pas été le cas. J'ai aussi eu plus de peine avec les passages de Marcus dans le présent car, malheureusement, je n'étais pas plus intéressée que cela par ce qui lui arrivait.

Ce roman est toujours aussi addictif que le précédent que j'ai lu notamment grâce à la plume de Joël Dicker, on avance assez vite et on a très envie d'en savoir plus malgré tout. J'ai passé un très bon moment, même si pour ma part, j'ai préféré l'histoire de "La vérité sur l'affaire Harry Québert" et son enquête qui m'avait vraiment tenu en haleine du début à la fin. 


D'autres avis sur