Mes derniers avis




samedi 9 juin 2012

Conte de fées à l'usage des moyennes personnes

Auteur : Boris Vian
Edition : Le livre de poche
Genre : Conte
Sortie : 2009
Pages : 125





Mon avis en bref :
Un super petit conte de fée très loufoque, j'ai retrouvé le style de Boris Vian, un auteur cher à mon coeur.






Quatrième de couverture


" Il était une fois un prince beau comme le jour.
Il vivait entre son chien et son cheval, à l'orée d'un bois, dans un château aux murs gris et au toit mauve... " C'est pour sa femme Michelle, convalescente, que Boris Vian rédigea en 1943 ce conte de fées où abondent les sorcières, les cavernes, les îles fantastiques, comme dans les romans de chevalerie médiévaux. Mais n'attendons pas, bien sûr, du futur romancier de L'Ecume des jours qu'il prenne au sérieux les mille et une péripéties qui jaillissent sous sa plume.
Dès cette ?uvre de jeunesse, son jeu consiste à piéger le récit à coups de calembours, de clins d'oeil, de dérision et de burlesque. Il y excelle, et nous amuse autant qu'il s'amuse.


Mon avis

Boris Vian est un auteur que j'adore, et pourtant je n'ai pas lu beaucoup de livre qu'il a écrit. Mon préféré restant pour le moment "L'écume des jours". J'ai décidé du coup de remplir un peu plus ma bibliothèque de livres écrit par cet auteur, et j'ai commencé par lire Conte de fées à l'usage des moyennes personnes. Un petit conte très vite lu que j'ai pu coller entre deux livres plus gros, et un énorme plaisir de retrouver le style de Boris Vian.

Ce livre nous parle d'un prince qui en à marre de vivre tout seul dans son château avec son chien et son cheval. Il décide donc de partir à l'aventure accompagné de son fidèle destrier, afin de trouver du sucre, car la vie est amère quand il n'y a pas de sucre au fond... C'est comme cela que commence les incroyables péripéties de ce prince, qui va rencontrer tout un tas de bizarreries sur sa route... 

Il faut savoir que ce livre comporte deux parties, la première est l'histoire abrégée, la seconde est la même histoire, mais avec quelques morceaux en plus. J'ai lu les deux pour voir ce que le deuxième conte comportait de plus, et finalement ça n'est pas grand chose.

J'ai eu beaucoup de plaisir durant la lecture de ce petit conte, comme toujours, et peut-être même encore plus dans ce livre, Boris Vian arrive à partir d'une histoire paraissant ordinaire, et y ajoute des tonnes de trucs extraordinaires, drôles, bizarres, et c'est bien pour ça que ça marche. Ce livre comporte également de jolies illustrations, la plupart dessinées par Boris Vian lui-même.  

Un petit extrait pour illustrer mes propos ? ;-)

"Une grande résolution s'empara de son coeur : Partir (c'est mourir un peu). Partir à la recherche de ce sucre si précieux et si rare (Hure â ! Vive le marché noir). Le lendemain dès l'aube, sellant son noir palefroi (je ne crains pas le froid non plus) et l'enfourchant ensuite, il fuit ce lieu autrefois aimé (tout passe tout casse, seul le plexiglas tient le coup) maintenant détesté à cause du manque de sucre."

Dès les premières pages on se rend donc compte que ce livre s'annonce drôle, surtout lorsqu'il nous dit que le premier chapitre n'est pas de lui, ou encore Chapitre 3 : Sans intérêt.

J'ai déjà hâte de me replonger dans une nouvelle histoire de Boris Vian, il y en a tout un tas sur ma liste ;-)

1 commentaires:

Le tourbillon de la vie a dit…

J'adore tout simplement Boris Vian j'ai lu "L'écume des jours" et " Et on tueras tous les affreux ! "

Enregistrer un commentaire